poèmes
 Dimanche 30 Avril
 Événements/Histoire du 30 Avril
    



Les poèmes des internautes :

écrit par kelly le 05/02/09
Le noir de tes yeux, me fait penser.
Lamour quon a entre nous deux, me le fait avouer.

Revant a tes doux yeux mistérieux, je vois
ce mystere dans tes yeux.

Jai acquis de ma tristesse,Mes peurs et mes soucis,
Mais tu est arriver au bon moment

JE T’AIME ’’HARMONIE’’ écrit par TOUFFEYLI MAECHA le 03/02/09
Je t’aime infiniment. Cela depuis belle lurette.
Et aujourd’hui, plus que d’habitude, la douleur

Trouve son paroxysme, qui pis est, continue, et ça n’arrête,

Autant que la peur. Oh, quelle chaleur dans mon cœur !
Il est très triste ce jeune artiste qui te cite cette missive.
Moi qui suis à coté de lui, qui le vois souffrir
Eperdument, en étant seul sans toi et sans ta salive,

Hormis toi, Harmonie, cet homme va finir par pourrir.
Alors, je te prie de devenir son amie
Réconforte-le, ne le laisse pas seul et sans eau dans ce désert.
Maintiens-le, fais le vivre en harmonie.
Offre-le ton amour, épouse-le, et sors-le de ce geyser
Nostalgie, nostalgie, oh douleur de la peur ! libère son âme !
Infortune, hallucination, bizarrerie…, tout l’accapare !
Envole-toi stresse, et laisse-lui la sagesse de parler à cette femme.



Quelle tristesse ! écrit par TOUFFEYLI MAECHA le 03/02/09
Quelle tristesse qui s’abat sur mon cœur !
Uniquement meurtri par l’absence de l’âme sœur,
Et malgré le trajet, tu es éternellement dans ma mémoire
Lentement mais sûrement devenue la tienne depuis un certain soir.
Le temps viendra, où sans ambages, tu m’apparaîtras
Essentiellement souriante et radieuse, sous ton plus beau apparat.

Toujours est-il que la vie loin de son être chère est tant douloureuse,
Rien que pour te dire que tu es indiciblement valeureuse.
In cha allah tu me reviendras sauve et saine,
Sous peine de voir mes espérances devenir vaines.
Tu es à l’autre bout du pays, à milles lieux de moi,
Et pourtant tu es toujours mon trésor, mon seul choix.
Sans successeur, ce temps est inimaginable,
Surtout que ton sillage m’est également ineffaçable
En regard de ton élan doux et de ton humeur magnanime.

Je me retourne ailleurs écrit par TOUFFEYLI MAECHA le 03/02/09
Tu te donnes toujours raison
De rester sans fin à la maison
Pendant toute saison.
Mais sache que cela érode notre liaison.

Maintenant je veux guérir mes plaies.
Halte à m’y retourner le fer, s’il te plait.
Beaucoup d’années de douleur me sont écoulées.
Aujourd’hui, comme je le voulais,

Je décide de réparer
Toutes mes blessures du cœur, oui j’suis prêt.
Car toi, tu as un autre, il parait.
Et moi je me retourne ailleurs sans frais,

Chercher une nouvelle âme sœur
Qui va me soigner mes blessures du cœur,
Et me repeindre une nouvelle couleur.
C’est la meilleure solution de mes douleurs !

Les jeunes et l'alcool écrit par TOUFFEYLI MAECHA le 03/02/09
Loin de comprendre, les jeunes,
Etant obsédés par cette gêne
Sous prétexte d’imiter les civilisés,

Jouissent d’un esprit grisé
Et engourdi par le vin, leur meilleur allié.
Une véridique fournaise sera leur foyer.
Ne pas garder le chagrin est leur dessein.
Et l’avenir leur est incertain,
Sauf que cette consigne soit pour eux une satire

Ecrite en conseil pour leur dire
Très romantiquement de renoncer

Librement aux pompes et aux œuvres de Satan, le coincé.

Apathiquement blessés le moral par l’alcool,
Les jeunes en restent en pot de colle.
C’est très comble, très pire aussi une fois,
Ouïr nos proches, dire n’importe quoi.
Or ils ne sont pas naturellement fous.
L’ébriété est un plaisir maudit qu’ils aiment beaucoup.



DébutDébut Page précédente [1] [2] [3] [4] [5] [6] [7] [8] [9] Page suivante FinFin
   ·   contact   ·  livre d'or · les arbres · European trees · voyages  · 1500chansons · Fables de Jean de La Fontaine · Les passions (récits)
Cette page a mis 0.02 s. à s'exécuter - Conception© 2006 - www.lespassions.fr